Etudes des extrêmes et approches historiques

Accueil / Actualités

Objectifs

Cévennes-Vivarais
- Observation opérationnelle
   - Pluviomètres    - Radars
   - Mesures de débit
- Données élaborées
   - Critique / spatialisation
   - Estimation des pluies par radar
   - Réanalyses pluviométriques
- Observation recherche
   - Météo GPS    - Précipitations
   - Observation multi-échelles des pluies, transferts d'eau et flux associés
   - Processus hydrologiques
   - Télédétection des rivières
   - Systèmes karstiques

Retours d'expérience
   - Sept. 2002 (Gard)
   - Sept. 2005 (Gard et Hérault)
   - Sept. 2007 (Slovénie)
   - Oct./Nov. 2008 (Cévennes,Gier)
   - Juin 2010 (Région de Draguignan)

Extrêmes / Historique
- Le projet ExtraFlo
- Pluies extrêmes :
   - variabilité pluriannuelle
   - structure spatio-temporelle

Bases de données
- Accès aux bases de données
   - Réseaux / dispo. des données
   - Organisation, codes informatiques

Projets de recherche
- Études socio-économiques
   - Vulnérabilité socio-économique
   - Analyse croisée aléa-vulnérabilité
- Études hydrométéorologiques
   - Modélisation météorologique
   - Modélisation hydrologique
   - Couplage hydrométéorologique
- Méthode de prévision par analogues
Documents écrits
- Articles scientifiques récents
- Documents de thèse

Partenariat

Soutiens

Contacts / Mentions légales

Caractérisation probabiliste des pluies et débits extrêmes par l'utilisation de l'archive historique

Une quantité d’information considérable est disponible sur les pluies intenses et les crues-éclair s’étant produites dans le passé, que ce soit au cours de la période d’observation systématique (1960 à nos jours), de la période « historique » (XVI siècle à nos jours) ou sur des périodes de temps encore plus anciennes au moyen des outils de la paléo-hydrologie. Cette information historique permet d’affiner la caractérisation des distributions de probabilité des pluies et des débits dont la connaissance revêt un intérêt capital en termes d’aménagement du territoire et de pré-détermination du risque hydrologique, mais également pour les études ayant trait au climat et à son évolution.

Le jeu de données pluviométriques et hydrométriques disponibles sur le secteur OHM-CV pour la période d'observation systématique a fait l’objet d’enquêtes historiques et d’analyses hydrauliques pour reconstituer les crues extrêmes sur plusieurs siècles (Payrastre, 2005 ; Naulet et al., 2005 ; Neppel et al., 2009). Le comportement asymptotique de la distribution des pluies extrêmes pu être testé sur le jeu de données pluviométriques (Muller, 2006 ; Dominguez et al., 2005, Neppel et al., 2006, Neppel et al., 2007, Djerboua et Lang, 2007 ; Bernardara et al., 2008) et a permis de progresser dans l’estimation des valeurs fortes de pluie. La variabilité spatiale des pluies a été appréhendée par Ramos et al. (2005, 2006). Les analyses de détection de tendance dans les séries pluviométriques (Pujol et al., 2007a,b, Pujol, 2008) et hydrométriques (Renard, 2006 ; Renard et al.,2008) ne montrent pas d’aggravation généralisée du risque de valeurs extrêmes sur les 40 dernières années. Une faible tendance à la hausse des pluies extrêmes est détectée sur le Sud du massif central, mais pour le moment on ne peut l’attribuer à un effet du changement climatique ou à la variabilité naturelle des pluies.

Un travail de comparaison des méthodes de prédétermination des pluies et crues extrêmes est engagé dans le cadre du projet ExtraFlo (Programme RiskNat de l'ANR, débuté en 2009 et coordonné par le Cemagref). Il vise à mieux connaître les domaines respectifs d’application de ces méthodes. Des jeux de données de référence (numérisation de longues séries, jeux régionaux) seront constitués afin de porter un diagnostic sur les points forts et les lacunes de chaque approche et leur sensibilité à la densification de l’information. Ce travail permettra ensuite de faire évoluer et progresser les méthodes de prédétermination des pluies et crues extrêmes, d’étudier leur capacité à prendre en compte les effets attendus du changement climatique, et de mettre à disposition des acteurs concernés par la prévention du risque d’inondation toute une série d’outils pratiques d’estimation en fonction des caractéristiques hydrologiques des bassins mais aussi des informations disponibles.

La structure spatio-temporelles des pluies intenses fait actuellemet l'objet d'études au LTHE dans le cadre de l'OHM-CV et du projet MEDUP (Programme VMC de l'ANR, coordonné par le CNRM). Aupauravant, une étude sur la variabilité des pluies extrêmes à l'echelle pluriannuelle avait été menée. Elle reposait sur la cartographie des caractéristiques statistiques des ces phénomènes de pluies intenses


Le Pont du Gard pendant la crue des 8-9 septmebre 2002

Illustrations du projet ExtraFlo